On entend l’arbre tomber mais pas la forêt pousser

« On entend l’arbre tomber mais pas la forêt pousser », de Nicolas Bouzou

Nicolas Bouzou,  économiste, nous apporte une belle bouffée d’oxygène dans un livre très prenant.
En s’appuyant sur l’exemple de Venise, ancien centre du monde, il nous présente la rupture actuelle de l’économie mondiale vers un avenir nouveau, plus libre et plus prospère , sous une lame de fond qui inquiète aujourd’hui la majorité d’entre nous.
A l’instar des apôtres du « new normal » (lire Corinne Samama) , il nous présente la « crise » comme nous devrions la prendre : un changement de fond, inéluctable et irréversible, et non un phénomène passager. Il nous ramène aux grands hommes qui ont marqué l’économie : Schumpeter, Ricardo, Smith et Marx et les revisite.
Pour lui, « ….le spectre de la crise dissimule en fait une sorte de tsunami de la croissance…. ».
Nanotechnologies, Biotechnologies, Energies renouvelables, Robotique, …vont révolutionner notre société comme auparavant l’imprimerie, la machine à vapeur, l’électricité, les télécommunications, … mais bien plus rapidement.
Il nous explique que « ceux qui sauront s’adapter » seront les prochains gagnants. Ne retrouve-t-on pas Darwin ?
Il nous rappelle à quel point le changement peut faire peur mais aussi à quel point il est porteur d’espoir.
Les générations Y ou Z redonneront son sens « à la destruction créatrice » qui nous amène à un rythme de plus en plus rapide vers un nouveau monde.
Ecoutons «…la forêt pousser… » et non seulement les « arbres tomber ».

Une philosophie en accord total avec notre métier de coach au service de la relation d’aide : le coach est là pour Permettre (au delà des peurs, méconnaissances et croyances limitantes), Protéger (face à une destruction créatrice violente, rappelez-vous France Télécom) et Accompagner au changement, inéluctable et porteur d’espoir.